Actualités & presse

28 février 2024

Article de presse

[CMPR « La Clairière »] La presse en parle ! – « Blonville : une journée à l’école sous le signe des Jeux paralympiques » – Le Pays d’Auge (27/02/2024)

Article de presse publié par Le Pays d'Auge le 27 février 2024 et visible également via le lien suivant : EN IMAGES. Blonville : une journée à l'école sous le signe des Jeux paralympiques | Le Pays d'Auge (actu.fr)

 

EN IMAGES. Blonville : une journée à l'école sous le signe des Jeux paralympiques

Avant les vacances, l'école Charlemagne de Blonville a accueilli les jeunes hospitalisés de La Clairiere et l'athlète handisport française Marie-Amélie Le Fur.

Marie-Amélie Le Fur a longuement échangé avec les jeunes de l'école et de La Clairière.
Marie-Amélie Le Fur a longuement échangé avec les jeunes de l’école et de La Clairière. ©Le Pays d’Auge / M.-M. Remoleur

Une nouvelle fois, l’air était à la fête à l’école Charlemagne, à Blonville-sur-Mer (Calvados), vendredi dernier. Certes, les vacances pointaient déjà le bout de leur nez, mais c’est surtout car cette journée était placée sous le signe des Jeux olympiques et paralympiques, du sport et de ses valeurs. Particulièrement celle de l’acceptation de l’autre.

C’est une journée qui rappelle l’importance de la liberté de choisir le sport que l’on veut, de l’égalité entre tous et de la fraternité : on la joue collectif pour échanger des moments sympas comme celui-là.

Yves Lemonnier, maire de Blonville-sur-Mer

Un nouveau temps de fraternité au sein de cette école, permis par la mobilisation de Caroline Ensergueix, adjointe aux affaires scolaires, des élèves, des enseignants et du personnel de l’école ou encore des différents services de la commune.

Des retrouvailles

« On a retrouvé nos copains », sourient les jeunes blonvillais. Pour la journée, ces petites têtes blondes ont retrouvé d’autres jeunes déjà venus en juin dernier. Des enfants et adolescents du centre La Clairière, un établissement de rééducation et d’hospitalisation de jour situé à Hérouville-Saint-Clair, membre de la Fondation Normandie Générations, où sont accueillis enfants et adolescents touchés par différents handicaps et pathologies.

Un nouveau temps de partage entre les jeunes écoliers et ceux de La Clairière. 
Un nouveau temps de partage entre les jeunes écoliers et ceux de La Clairière.  (©Le Pays d’Auge / M.-M. Remoleur)

Une invitation à partager une journée festive et de rencontre autour du paralympisme et de ses valeurs, à quelques mois des Jeux. Au menu, une haie d’honneur, des danses, une séance photo, des dessins à la craie sur les murs de la cour de récréation « pour sceller l’entente » entre les jeunes des deux établissements et un repas : autant de moments de fête et de partage.

Mais aussi tout un temps de rencontre avec Marie-Amélie Le Fur, athlète handisport française. Détentrice de neuf médailles lors des Jeux paralympiques, elle est aussi présidente du Comité paralympique et sportif.

« Aujourd’hui, je viens par amitié », insiste-t-elle, faisant référence à sa rencontre, il y a une dizaine d’années, avec Caroline Ensergueix sur un plateau de télévision pour parler de handicap. « Ce fut un coup de cœur réciproque », sourit Caroline, touchée par un handicap invisible, qui énumère : « Ton humanité, ta ténacité, ta résilience, ta force de vie ont construit la championne que tu es devenue, ton parcours a permis tant de prises de conscience et inspire le respect ».

Une rencontre et une amitié qui ont permis aux écoliers blonvillais de recevoir la visite de la championne paralympique.

Les enfants ont échangé avec Marie-Amélie Le Fur.
Les enfants ont échangé avec Marie-Amélie Le Fur. (©Le Pays d’Auge / M.-M. Remoleur)

« Accélérer le vivre-ensemble »

Découverte de l’athlétismemédailles gagnées, préparation aux Jeux, sports pratiqués, difficultés rencontrées, situation professionnelle, JO de Paris : les enfants de l’école blonvillaise ont questionné longuement l’athlète multimédaillée qui a raconté les détails de son passé de championne et de son travail comme dirigeante du comité paralympique.

Les enfants ont échangé avec Marie-Amélie Le Fur.
Les enfants ont échangé avec Marie-Amélie Le Fur. (©Le Pays d’Auge / M.-M. Remoleur)

« On espère que les Jeux de Paris vont accélérer le vivre-ensemble, de permettre une société plus inclusive et de développer le sport pour tous, notamment pour les personnes en situation de handicap », lâche-t-elle, appelant les jeunes à parler des Jeux paralympiques à leurs parents. Un échange riche et inspirant, pour tous.

J’adore ces moments-là : votre regard d’enfant, vos questions, tout cela me nourrit. On est tous différents les uns des autres et c’est ça la vraie richesse de la vie.

Marie-Amélie Le Fur
Un flashmob autour des Jeux.
Un flashmob autour des Jeux. (©Le Pays d’Auge / M.-M. Remoleur)

La capacité de rêver

Mêlant une nouvelle fois les enfants blonvillais et ceux de la Clairière, cette journée était une nouvelle manière d’apprendre le respect de la différence. De belles valeurs fraternelles que Marie-Amélie Le Fur a aussi voulu aussi transmettre.

« Les rencontres sont importantes, on a énormément à apprendre des autres, insiste-t-elle. À travers mes médailles et mes titres, on m’a donné un porte-voix pour porter la voix de ceux qu’on n’entend pas, qu’on n’écoute pas, mais qui ont des choses à dire et qui ont envie que notre système évolue pour donner plus de places aux personnes en situation de handicap », poursuit-elle, insistant sur son engagement en tant que présidente du comité paralympique de « rendre cette égalité possible pour que la richesse du sport soit possible pour tous ».

Les écoliers ont passé une journée avec les jeunes de la Clairière et Marie-Amélie Le Fur.
Les écoliers ont passé une journée avec les jeunes de la Clairière et Marie-Amélie Le Fur. ©Le Pays d’Auge / M.-M. Remoleur

Un message entendu par tous les enfants, notamment ceux de la Clairière. « Votre témoignage montre à nos jeunes qu’après la rééducation, il y a des choses possibles et vous en êtes la preuve », remercie Sébastien Guyard, aide médico-psychologique à la Clairière. Ce que confirme Marie-Amélie Le Fur, particulièrement touchée par ce temps de rencontre : « S’il y a bien une chose que le handicap n’enlève pas, c’est la capacité de rêver ».


À lire également

[FORUM MÉTIERS DU SOIN ET DE L’ACCOMPAGNEMENT] L’IME Ségur, le CAFS, SESSAD et PFD de l’Aigle seront présents le 17 avril 2024 à l’Aigle

Actualité

[FORUM MÉTIERS DU SOIN ET DE L’ACCOMPAGNEMENT] L’IME Ségur, le CAFS, SESSAD et PFD de l’Aigle seront présents le 17 avril 2024 à l’Aigle

[FORUM MÉTIERS DU SOIN ET DE L’ACCOMPAGNEMENT] Retrouvez nos équipes de l’IME Ségur, du CAFS, du SESSAD et du PFD de l’Aigle demain mercredi 17 avril 2024 de 14h à 16h30 à salle Michaux à L’Aigle (61300) lors du forum des métiers du soin et de l’accompagnement organisé par l’agence France Travail. Entrée libre et […]

Lire la suite
[PRESSE] « Une expérience unique pour deux jeunes de Flers : « des mini Jeux olympiques » » – L’Orne Combattante – 11 avril 2024

Article de presse

[PRESSE] « Une expérience unique pour deux jeunes de Flers : « des mini Jeux olympiques » » – L’Orne Combattante – 11 avril 2024

Une expérience unique pour deux jeunes de Flers : « des mini Jeux olympiques » Deux jeunes de l’ITEP Désiré Pilot à Flers (Orne) ont été sélectionnés pour représenter la délégation nord-ouest au challenge Michelet qui se déroulera du 11 au 17 mai 2024. Deux jeunes de l’ITEP Désiré Pilot à Flers (Orne) vont participer au challenge […]

Lire la suite
Catégories d'articles

Archives

Archives