Actualités & presse

29 avril 2020

communiqué de presse

« Coronavirus. À Flers, l’association de santé prépare le dé-confinement » – Article Ouest France

Coronavirus. À Flers, l’association de santé prépare le déconfinement

Fondée en 1890, l’association Lehugeur-Lelièvre, reconnue d’utilité publique, est devenue le 15 janvier, la Fondation Normandie Générations. Elle se consacre aux personnes en difficulté.

Comment êtes-vous organisé depuis les annonces de la crise sanitaire et du confinement ?

L’ensemble des équipes de la Fondation Normandie Générations a redoublé d’efforts pour maintenir un accompagnement et une prise en charge adaptés aux enfants, adolescents, adultes et personnes âgées accueillis sur nos différents sites.

La Fondation Normandie Générations est composée de 39 établissements et services et emploie 680 salariés du secteur santé.

Nous avons mis en place un dispositif et des protocoles permettant d’assurer à la fois la continuité des services, des soins et de l’accompagnement des publics accueillis, en respectant et en s’adaptant quotidiennement aux mesures préconisées par le ministère des Solidarités et de la Santé. On travaille également en étroite collaboration avec l’Agence régionale de santé et les autres organismes décisionnaires.

La solidarité est-elle omniprésente à la Fondation ?

C’est notre leitmotiv. Nous accompagnons au quotidien nos établissements et services, sur site ou à distance ; nos usagers ; patients ; résidents et adhérents. Cela passe à la fois par des professionnels fortement mobilisés, par la solidarité entre professionnels, établissements et services, mais aussi par une réorganisation des plannings.

Pour les usagers à domicile, un suivi téléphonique est opéré par une équipe mobile et un soutien est apporté aux familles en cette période de confinement particulièrement difficile pour des publics en situation de handicap, souffrant de troubles du comportement ou du spectre autistique ou en situation de précarité.

Justement avez-vous aidé l’Ehpad Lecornu ?

Oui, la Fondation vient y apporter, depuis plusieurs semaines, un renfort à la fois humain (une dizaine de professionnels) et logistique, un soutien à la direction et au personnel sur place. Nous restons en contact avec le maire Yves Goasdoué, pour coordonner les actions d’intervention respectives.

Quels sont vos besoins actuellement ?

Nous avons pu compter à plusieurs reprises sur la générosité des industriels et des commerçants locaux ainsi que des associations que nous remercions chaleureusement, mais nous manquons cruellement de surblouses et de visières de protection pour protéger les soignants et les publics accueillis.

Comment envisagez-vous le déconfinement ?

Nous avons conscience que cette information peut susciter du stress et des inquiétudes pour certains des publics que nous accueillons, mais aussi pour certains de nos professionnels. La phase de déconfinement nécessite donc une préparation anticipée ainsi que la mise en place de protocoles et de conduites à tenir afin de guider les professionnels de la Fondation dans la reprise progressive de nos activités.

Nous préparons d’ores et déjà, avec les directeurs de filières et de pôles, un plan de déconfinement visant à renforcer les mesures sanitaires pour reprendre progressivement nos activités tout en assurant la sécurité́ des professionnels, de nos usagers, patients, résidents et adhérents. Notre priorité reste la continuité des soins et de l’accompagnement.

Allez-vous tirer des leçons de cette crise sanitaire ?

Oui, d’ailleurs nous commençons à mener quelques pistes de réflexion afin de se préparer à d’éventuelles nouvelles crises sanitaires en analysant de façon très détaillée les mesures et actions qui ont bien fonctionné, et celles qui ont moins bien fonctionné.

Il est certain que je défendrai auprès des autorités nationales la revalorisation et la reconnaissance de tous les professionnels des hôpitaux, des établissements médico-sociaux et sociaux pour que la santé reste un bien immatériel et ne rentre pas dans une politique d’optimisation financière et de recherche permanente de performance économique et de tarification à l’activité. Il faudra tirer les leçons de cette crise sanitaire et de sa gestion des moyens lorsque la pandémie sera derrière nous.

Pour accéder à la version numérique : https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-flers-l-association-de-sante-prepare-le-deconfinement-6819810

Pour accéder à la version papier : Journal Ouest France du mardi 28 avril 2020.

Partager l'articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

À lire également

[GÉNÉROSITÉ] Une soirée caritative organisée par le Lions Club de Mortagne au profit du CAMSPP

Actualité

[GÉNÉROSITÉ] Une soirée caritative organisée par le Lions Club de Mortagne au profit du CAMSPP

Vendredi dernier s’est tenue la soirée caritative annuelle organisée par le Lions Club de Mortagne-au-Perche. Cette année, les membres du Club Service ont souhaité, par leurs actions, soutenir le CAMSPP de l’Orne. L’occasion pour l’équipe du CAMSPP d’aller à la rencontre des membres durant cet événement et de présenter ses activités. Un grand merci et […]

Lire la suite
Catégories d'articles

Archives

Archives